Retour au format normal


e-torpedo-le webzine sans barbelés
Le minaret est tombé, on a pendu le coiffeur, par Tahar Ben Jelloun

23 décembre 2009

par torpedo

(JPEG) Ah ! S’ils pouvaient être invisibles, sans odeurs, sans couleurs, silencieux et si possible transparents ! Leur religion, ils la pratiqueraient chez eux, sans faire de bruit, et surtout repliés sur eux-mêmes. La foi étant intérieure, ils n’auraient besoin ni de mosquée et encore moins de minarets. Ce serait l’idéal. Des immigrés parfaits.

Rien ne serait dérangé dans le paysage.

Ils travailleraient de nuit de préférence pour ne pas déranger les braves citoyens qui dorment. Leurs femmes ne feraient pas d’enfants, parce qu’avant d’arriver là, elles se seraient fait ligaturer les trompes. Ce serait une présence si légère, si discrète que personne ne remarquerait rien et n’aurait surtout rien à leur reprocher.

Ni voile, ni burqa, ni exaspération, ni racisme.

Mais alors que ferait le Front national ?

Privé de ce thème riche en peurs et en inquiétudes, il serait capable de protester contre cette absence de visibilité. Il réclamerait que leur présence soit grotesque, dérangeante, brutale et insupportable.

Avant, au début des années 1970, les immigrés n’existaient pas. Ils étaient là, travaillaient durement, mais on ne les voyait pas et on ne parlait jamais d’eux. Ils vivaient dans des cités de transit, loin des villes, loin des grands boulevards. Mais les Arabes sont incorrigibles ! Voilà qu’en 1973, ils sortent l’arme du pétrole. On a appelé cela "le choc pétrolier". Une descente dans les quartiers pourris de Marseille une nuit s’était soldée par une dizaine de morts, tous immigrés, tous maghrébins.

Lire la suite ICI
source : Le Monde

Un article de Tahar Ben Jelloun

torpedo