Retour au format normal


e-torpedo-le webzine sans barbelés
Il "molotov" la cahute de son patron par Andy Vérol

15 janvier 2009

par torpedo

(JPEG) C’était inattendu, et pourtant, il l’a fait.

J’ai installé une moustiquaire au-dessus du lit conjugal. Lit se conjugue avec insomnies maintenant. Cette dernière phrase est à vomir. Un style sans style. C’était inattendu, c’était tentant et tendu.

Les dents du merdeux ont littéralement ponctionné un morceau du cou du vieux. Fallait payer l’vieux. Fallait payer ton salarié et arrêter de râler contre l’Etat qui te volerait ton chiffre d’affaires. Faut payer tes salariés petit patron. Tu aurais pu faire autre chose que patron, petit patron. Tu aurais pu faire salarié pour te faire entuber par des petits patrons bien sympas qui t’expliquent qu’ils ne peuvent pas te payer parce que la crise, les charges patronales, les impôts, les clients qui payent en retard, les banques qui ne prêtent plus.

Mais petit patron, fallait le payer le petit salarié.

Y t’aurait pas croquer le cou si t’avais donné son salaire à celui qui t’a fait des heures sup’ pour tes beaux yeux et ton baratin sur les difficultés de la vie.

Mais toi, petit patron, tu vas porter plainte et tu iras au tribunal pour faire en sorte que ce salarié que tu ne payais pas, aille en prison que tu as payé grâce à tous ces impôts que tu files à l’Etat pour que l’Etat il construise des prisons pour foutre dedans des paumés sociaux, des gens pliés au sol par la seule force de ton égoïsme débonnaire (& légendaire...)

Andy Vérol

torpedo