Retour au format normal


e-torpedo-le webzine sans barbelés
The black angels ou la référence absolue à Nico et au velvet underground

11 février 2008

par Jimbo

(JPEG) Disque du mois dans le rock & folk de Novembre 2007 Passover est un disque qui vous tombe dessus comme une bombe,un disque fulgurant, violent,intense qui tranche vraiment avec tout ce que le rock a pris pour habitudes (bonnes ou mauvaises) de nous proposer ces derniers semestres.

The Black Angels (le nom est un hommage a ’the black angels death song " mythique chanson du premier album du velvet underground) est donc la dernière petite merveille ,une merveille non pas venue de New York ou de ses faubourgs mais d’Austin au Texas.

(JPEG)

"Passover" leur premier album malade et vénéneux comblera d’aise tant les fans transis de Cold Wave que tout les fondus de l’Underground ,tous ceux qui continuent d’encenser le son crade et sale et les guitares distordues.

Petits frères d’armes des Black rebel motorcycle club , fils spirituels des Stooges élevés au biberon Velvet, on notera aussi chez eux une touche très Morrisonnienne dans la voix du leader Christian Bland .

"Passover" c’est donc douze missiles brûlants balancés avec une furia toute contenue et une folie presque palpable.

On pensera aussi, outre les références déjà citées plus haut à joy Division (notamment sur l’hypnotique "the sniper at the gates of heaven ") ou encore à Brian Jonestione Massacre .

Mais au-delà des inévitables (et louables) inspirations The Black Angels nous proposent un rock pur jus débarrassé d’artifices superflus et d’effets d’une quelconque nature.

Ici c’est noir, ici c’est glauque, ici c’est malsain et pour en être convaincu glissez donc "Passover" dans la platine

Mettez le volume à fond et dégoupillez "young men dead" premier titre qui ouvre l’album et donne immédiatement le ton et même si quelques titres sont un peu en deçà ( "bloodhounds on my trail "), la grande majorité ("manipulations ’ " call to arms " "the first vietnamese war" " better off alone " sont totalement envoûtants et vous laissent dès la première écoute, sur le carreau.

(JPEG)

Jimbo