Retour au format normal


e-torpedo-le webzine sans barbelés
Torture au pays basque

16 janvier 2008

par torpedo

(JPEG) Torture au pays basque (suite)

Un jeune arrêté par la Garde civile hospitalisé d’urgence

Le parquet ouvre une enquête suite au rapport médical concernant l’un des deux jeunes interpellés dimanche pour leur lien présumé avec l’ETA

Un jeune homme, interpellé dimanche midi en compagnie d’une autre personne apparemment lors d’un contrôle routier de la Garde civile à Arrasate (province de Gipuzkoa), a été hospitalisé hier matin d’urgence. Selon les agences de presse espagnoles citant l’hôpital public Donostia à Saint-Sébastien,

le jeune se trouve à l’unité des soins intensifs dans un état "grave".

Selon le rapport médical, Igor Portu originaire de Lesaka et arrêté dimanche en compagnie d’un autre Lesakar accusés tous les deux d’appartenir à l’ETA a été hospitalisé vers 4h du matin. Il a pu entrer aux urgences "par ses propres moyens". Il était perfusé et présentait "plusieurs hématomes" sur son corps, notamment une côte cassée, "une importante entrée d’air sur le poumon gauche" et un oeil gonflé et sanglant.

Ce bilan de santé, dont la copie a été diffusée sur les sites internet de plusieurs médias, précise également que "le patient raconte avoir reçu des coups de poing et de pied au visage, thorax, abdomen et extrémités inférieures", et que ses genoux et chevilles demeuraient "stables", avec "plusieurs hématomes, érosions’ et abrasions".

Selon la version officielle, diffusée par les agences de presse espagnoles, l’arrestation des deux jeunes a eu lieu dimanche midi. L’après-midi, la Garde civile aurait averti le juge d’instruction de l’Audience Nationale espagnole Juan del Olmo qu’elle avait utilisé la force pour maîtriser un des deux hommes, lequel aurait "opposé une grande résistance". Les agences ajoutent que le magistrat du tribunal spécial a alors "ordonné son examen par un médecin légiste, lequel a demandé son hospitalisation".

Dimanche midi

La version officielle ne colle pas aux faits. Interpellés dimanche midi lors d’un contrôle routier des GAR (groupes antiterroristes de la Garde civile), les deux jeunes ont été transférés dans la soirée à Lesaka pour être présents lors de la perquisition de leurs domiciles respectifs.

Selon les agences de presse, citant des sources de l’enquête, "Igor Portu a collaboré et participé avec la Garde Civile à la perquisition de son appartement, sans montrer aucune opposition et sans se plaindre à aucun moment d’une quelconque blessure". Sur les ondes de la radio publique basque Euskadi Irratia, le maire de la commune a déclaré avoir vu Igor Portu lors de la perquisition. Il a dit que le jeune semblait "fatigué", mais qu’il n’a noté aucun signe de blessure.

Selon les mêmes sources, lors de leur arrestation, les deux jeunes hommes portaient deux pistolets enveloppés dans un film transparent. Les mêmes sources affirmaient hier que cette interpellation était en liaison avec celle de Gorka Lupiañez, arrêté le 6 décembre à Berriz (Bizkaia) et qui a été mis en isolement pendant plusieurs jours. Après la période de mise au secret plus longue que celle de cinq jours admise par la loi, il a rapporté à son avocat un témoignage de tortures effrayant.

L’association Askatasuna a dénoncé hier, tout comme il y a un mois pour Gorka Lupiañez, que les pratiques de tortures persistaient en Espagne. La mairie de Lesaka a exigé que les droits des détenus soient garantis et plusieurs partis politiques ont réclamé l’ouverture d’une enquête, ce que le parquet du tribunal de Donostia-Saint-Sébastien a fait.

-  Source : Le Journal du Pays Basque

le 8 janvier 2008

-  Lu sur : Radio Air Libre

torpedo