Retour au format normal


e-torpedo-le webzine sans barbelés
Elections Présidentielles 2007 : J-30 : contre nous, de la tyrannie...

23 mars 2007

par Serge Rivron

... l’étendart sanglant est effectivement levé, et ça fait vraiment peur.

(JPEG)

Entendons-nous : il m’est parfaitement indifférent que Ségolène Royal ait décidé d’apprendre La Marseillaise à ses supporters. Ce chant ne m’a jamais enthousiasmé, mais j’ai quelquefois trouvé émouvant de l’entendre chanter. Non, La Marseillaise n’est pas en cause, ni que ce soit Ségolène qui l’introduise dans le faux débat.

Ce qui est en cause, c’est ce qu’on ne peut s’empêcher de sentir quand on visionne le discours de celle qui devient visiblement, qui se veut de plus en plus ouvertement l’incarnation du despostisme éclairé. Regardez-la, écoutez-la, dérouler sa monstrueuse incantation : "La Marseillaise, c’est le chant de la lutte contre toutes les formes de tyrannie", le souffle inspiré, faisant sonner la TTyrannie, "C’est le peuple qui s’est levé contre les forces de l’Ancien Régime", surfant sur les applaudissements qui montent de l’auditoire stupéfié, oui, oui, c’est notre chant, Madone, "C’est le chant qui a été repris dans tous les pays où il a fallu secouer le joug de l’oppression !"...

MARCHONS, MARCHONS, QU’UN SANG IMPUR ABREUVE NOS SILLONS !

entonne alors 10000 gens, des jeunes, des moins jeunes, des étudiants, des ouvriers, des enseignants, des artisans -qui sait ?-, des pères et mères de famille, tout un assemblage de ces braves gens qui font une société, et qui fascinés ont le sentiment terrible d’assiter aux prémisses du Règne à venir, la bouche en coeur, le coeur en joie, la joie en rage de bientôt pouvoir abreuver les sillons du sang de ceux qui n’ont pas trouvé l’idée excellente.

Ils la veulent, ils vont l’élire, elle règnera, il le faut ! "Demain ne se fera pas sans TOI" proclament leurs pancartes. Elle les précède, mais ils l’accompagnent, ils accompagnent dans la vibration tout ce qu’elle proclame de Fort et de Juste : "Je vous le dis, à tous les échelons de responsabilité il y aura des jurys citoyens pour participer aux décisions publiques. Partout les citoyens seront là !"

-  Comment est-ce possible ?

-  Comment leur dire la trouille que me fiche la seule idée de me trouver un jour en face d’un de leurs jurys citoyens qui est partout ?

-  Ils ne voient donc rien ?

-  Ils ne comprennent donc pas ce qu’ils sont en train de fabriquer, là, tous ensemble ?

-  Tous ces bons "anti-fascistes", ces pourfendeurs d’inégalité, de répression ?

Non, ils la veulent, c’est dit.

"Vous pouvez dire ce que vous voudrez, monsieur Rivron, vous êtes d’une telle mauvaise foi".

Ils vont élire Doriot, et il n’y a plus rien à leur dire. Ils le veulent. Ite missa est.

-  source : FrancemoinsJ

Serge Rivron