Retour au format normal


e-torpedo-le webzine sans barbelés
Pas vu à la télé
Marie-George Buffet

31 janvier 2007

par torpedo





MG Buffet Zenith 23-01-2007 1/2
envoyé par inet




MG Buffet Zenith 23-01-2007 2/2
envoyé par inet




Marie-George Buffet : « La France doit dénoncer la réunion de Madrid »

La semaine dernière, la chancelière allemande avait précisé par quel processus, grâce à sa présidence de l’Union européenne, la « substance » de la Constitution libérale pourrait s’imposer malgré les « non » des peuples français et néerlandais.

Ce vendredi a lieu à Madrid, avec sa bénédiction et à l’invitation du Premier ministre espagnol, une réunion des dirigeants des pays qui ont ratifié ce projet. Ni la France ni les Pays-Bas n’y sont invités : il s’agit en effet de trouver les moyens d’imposer la Constitution libérale en signifiant aux Français et aux Néerlandais que leur vote est nul et non avenu.

Cette initiative s’apparente à un véritable coup de force. Elle est provocatrice pour nos deux peuples. Elle est un mauvais coup pour tous les peuples européens. Celles et ceux qui, aujourd’hui, ne veulent pas entendre leurs inquiétudes portent une lourde responsabilité dans la crise de légitimité et de confiance qui ronge l’Europe et fait le lit des replis nationalistes.

Comme je l’ai dit mardi dernier au Zénith de Paris, j’exige du président de la République qu’il dénonce cette offense faite à la France.

Je suis indignée de constater que les autres candidats à l’élection présidentielle se taisent, voire font preuve d’une complaisance affichée envers les organisateurs de cette réunion. La volonté de notre peuple doit être respectée. La France doit dès 2007 retirer sa signature du traité constitutionnel et empêcher toute nouvelle tentative d’adoption. Elle doit proposer d’engager un grand débat à l’échelle de l’Union européenne, impliquant ses peuples, pour un nouveau traité fondamental qui permette de libérer l’Europe de ses politiques et de ses institutions libérales.

Dans les jours qui viennent, je préciserai mes grandes options pour une contribution de notre pays aux ruptures indispensables pour cette refondation de l’Europe lui permettant de répondre aux exigences de ses peuples.

Je m’adresserai aux femmes et aux hommes de gauche, aux salariés, aux jeunes qui, dans leur diversité, se sont prononcés majoritairement contre l’Europe libérale. Je m’adresserai à celles et ceux qui, dans les autres pays, se heurtent au démantèlement des services publics, à la pression contre les salaires et les retraites, à la mise en concurrence des salariés et à la précarisation généralisée. L’heure n’est pas aux manœuvres dilatoires. Comme je l’ai déjà dit, l’Europe libérale, c’est oui ou c’est non. Il n’est pas d’autre réponse pour la France, pour la gauche qu’un « non » résolu aux projets actuels des dirigeants européens pour ouvrir la voie à une Europe du progrès social, de la démocratie, de l’écologie, de la paix.

Marie-George Buffet, Candidate de la gauche populaire et antilibérale

torpedo