Retour au format normal


e-torpedo-le webzine sans barbelés
Saddam : Un de pendu.

2 janvier 2007

par nul

(GIF) Saddam, déchu, a été exécuté à l’aube après avoir été hâtivement condamné. Ce n’est que justice, bien qu’une peine d’emprisonnement à vie eût été plus appropriée du point de vue de ceux qui, comme moi, sont opposés à la peine de mort.

En voilà un de pendu. Il a été condamné pour avoir fait exécuter près de 150 Chiites à Doudjaïl au temps de sa splendeur. La pseudo coalition américaine, menée par George W. Bush, est directement responsable de plus de 650.000 morts en Irak, Chiites et Sunnites, hommes, femmes, et enfants. Et il n’est pas inquiété, par aucune juridiction du monde.

-  Alors, à l’aune de quoi décrète-t-on que quelqu’un mérite la condamnation suprême ?

Sûrement pas au nombre des gens qu’il a fait mourir, sinon Bush aurait été pendu avant Saddam.

Blair, à lui tout seul, en a aussi fait tuer des milliers. Ça ne l’empêche pas de rentrer tous les soirs voir Chérie, et de n’avoir aucun remords. Lui, comme Bush, ont pour eux la conviction que les crimes qu’ils commettent n’en sont pas.

-  Et Olmert, avec ses crimes envers les Palestiniens et les Libanais ?

Le monde accepte tout cela comme si c’était donné à certains de pouvoir impunément tuer au nom de la morale en vigueur, et en plus d’être loué par une partie de leur opinion. C’est aussi donné à certains pays d’avoir la bombe atomique, mais gare à ceux qui veulent l’acquérir.

-  Au nom de quoi auraient-il ce droit ?

Deux poids, deux mesures. On pend Saddam, mais d’autres grands criminels en col blanc ne sont pas inquiétés, bien au contraire. Si tous les hommes étaient égaux, si tous les chefs politiques étaient égaux, si tous les pays étaient égaux, et bien Saddam se balancerait au bout d’une corde en bonne compagnie, avec des Présidents aujourd’hui au-dessus de tout soupçon, drapés dans leur honorabilité qui abuse de moins en moins de gens.

Ne rêvons pas, il y a peu de chances que les chefs politiques « honorables » des pays « honorables » finissent un jour au bout d’une corde.

Saddam a payé pour ses crimes, et aussi pour son statut peu honorable.

Mis au ban du club des Présidents honorables, victime de la machination du 11 Septembre, des vraies fausses armes de destruction massive, de la collusion avec Al-Qaéda, Saddam est mort. Il n’y a pas d’égalité dans ce monde, et encore moins de justice, car il n’est pas le seul à mériter l’enfer. Maintenant qu’il y est, il n’a plus qu’à attendre la ribambelle de pourris qui iront un jour le rejoindre.

source : Ya Basta

Nul

nul