Retour au format normal


e-torpedo-le webzine sans barbelés
Le vent mauvais
du ministre de la chasse à l’enfant

27 décembre 2006

par torpedo

(GIF) Plusieurs événements récents semblent témoigner de la volonté du ministre de l’Intérieur de recourir à la répression contre ceux qui tenter de freiner ses ardeurs cynégétiques.

Distribution par des policiers en uniforme aux passagers du vol Air France Paris-Bamako d’un tract les menaçant d’années de prison et de dizaines de milliers d’ euros d’amende s’ils manifestent leur solidarité aux sans papiers expulsés.

Policiers accostant les passagers pour les menacer de vive voix pour le cas où ils n’auraient pas bien compris !

Bonjour l’image du pays et celle de la compagnie aérienne qui fournissent de telles prestations

-  Mercredi 13 décembre à Bourg-en-Bresse, un jeune sans papiers et une militante de RESF, ont été traités comme des délinquants par quelques policiers qui ont pris l’initiative de les menotter comme de dangereux criminels alors qu’ils n’opposaient aucune résistance.

Aider quelqu’un, être témoin, poser des questions, s’exprimer, sont-ils devenus des crimes

-  Convocation au commissariat de Sarcelles d’un militant du RESF 95 « coupable » d’avoir reproché, en des termes assez vifs, au préfet de Corrèze d’avoir fait interpeller une enfant arménienne de 4 ans dans une école en vue de l’expulsion de sa famille vers l’Allemagne.

-  Enfin, le 19 décembre, placement en garde à vue à Marseille de Florimond et Myriam, deux des militants RESF qui avaient participé le 11 novembre dernier aux actions qui avaient abouti à éviter l’expulsion du père algérien de deux enfants scolarisés. Au terme de sa garde à vue, Florimond a été mis en examen pour "avoir volontairement commis des violences sur personne dépositaire de l’autorité publique, faits commis par arme par destination (en l’espèce son véhicule)" et pour "avoir volontairement exercé des violences [...], ces violences étant aggravées par les deux circonstances suivantes : sur un dépositaire de l’autorité publique et en réunion".

Rien de moins !

Rien ne s’est passé comme les policiers ont reçu l’ordre de le prétendre. Florimond a en réalité suivi à distance la voiture de police qui arrivait avec l’expulsé à l’aéroport et il n’a commis aucune violence ! On est navrés de constater que la volonté ministérielle de réprimer ceux qui s’opposent à la chasse à l’enfant conduit des fonctionnaires de police à se ridiculiser.

Audience le 20 avril.

-  Une date symbolique, pour signifier que Monsieur Sarkozy est un homme pressé qui fait la veille ce que M. Le Pen aurait fait le lendemain seulement ?

Manifestement, le gouvernement est inquiet de voir que la solidarité avec les enfants et les familles qui sont les cibles de sa politique ne faiblit pas. Il recourt maintenant à l’intimidation et à la répression, et veut punir les citoyens coupables de solidarité.

Même s’il prend le soin d’agir à la veille des vacances de Noël, le gouvernement doit recevoir la réponse que mérite sa volonté de traquer tous ceux qui lui résistent.

Les organisations, associations et collectifs membres du Réseau Education Sans Frontières appellent à la vigilance face à cette logique dangereuse pour la démocratie et vont envisager de manière concertée la riposte indispensable comme le soutien qui s’impose à l’égard de tous les citoyens dont l’action légitime serait ainsi mise en cause.

-  Contacts sur ce dossier :

-  RESF Bouches du Rhône : 06 31 32 48 65

-  Richard Moyon 06 12 17 63 81 (Paris)

De : RESF mercredi 27 décembre 2006

Lu sur Bellaciao

torpedo