e-torpedo le webzine sans barbeles



Hymne à la vie, Hymne à l’amour

Catégorie société
Il y a (6) contribution(s).

(JPEG)

Combien de fois, dans ce court laps de temps depuis qu’a commencé mon combat, n’ai-je pas entendu ces mots fatidiques : « La vie est laide », « La vie est cruelle », « C’est la faute de la vie » !

Eh bien non, non et non !

Je m’élève contre cette façon de penser ! Je crie à l’imposture !

Hormis pour ceux qui sont, dès l’enfance, ou plus tard, frappés par des maladies cruelles, non, il est injurieux de dire : « C’est la faute de la vie »... et même dans ce cas, il y a tant à comprendre et dire...

On peut voir la vie comme on veut, mais déjà la voir, savoir qu’elle EST, réaliser vraiment que nous SOMMES, est un miracle, lorsqu’on y songe.

À quoi tiennent nos vies ?

À un fil, à un souffle. Un rien peut nous balayer, oui, nous le savons. Et pourtant, dans les conditions normales, ce fil ne se rompt pas avant son terme naturel ; le souffle n’éteint pas la fragile flamme qui fait de nous des vivants...

Les beautés de la Vie

Confondre, dans nos malheurs, la vie et ce que nous en faisons, nous mène à une incompréhension absolue de ce qu’est la vie. Car, là où certains trouvent qu’elle est laide ou cruelle, ce n’est jamais que l’œuvre de certains humains qu’ils décrivent. Et nous en oublions, trop rapidement, qu’à divers degrés, nous aussi, nous sommes trop souvent des prédateurs...

Mais qu’en peut la vie ?

Rien !

Elle n’est coupable que de nous accorder toutes les beautés que la nature met gratuitement à notre disposition, sans un calcul, sans rien demander en retour, sinon notre simple respect, loin de tout mercantilisme nauséabond.

Oh quel crime fait-elle par ce don ! penseront certains...

Moi qui ne suis rien, tout au plus une plume qui parcourt un blanc papier en fredonnant, mais qui suis heureux de vivre, laissez-moi vous dire ceci :

-  Ouvrez les yeux, les bons, ceux de l’âme, ceux du cœur et regardez jusqu’au délire la beauté qui vous entoure ! Voyez donc combien sont fragiles les fleurs, mais combien est grand leur rayonnement au cœur de ceux qui savent aimer ! Voyez donc l’immensité de certains paysages qui, dès que nous savons les contempler, expriment l’immensité et la sérénité qu’offre une vie aimée ! Sentez les parfums qu’offre la vie, à ceux qui les désirent vraiment ! Touchez, l’eau, l’air, le vent, et sentez comme ils sont doux à nos sens ! Ecoutez le chant fou d’un ruisseau qui coule dans son lit, parfois calme, presque dormant, parfois vibrant, presque bruyant, lorsqu’il court de roches en rochers... Goûtez aux mets que vous offre la nature dans sa profusion, dans cette générosité sans limites tant qu’on sait la respecter...

Comprenez la beauté de toute vie animale ; le vol tellement gracieux des oiseaux au point que, souvent, nous voudrions avoir, tout comme eux, des ailes ; voyez combien sont élégants certains insectes ; et que dire des mammifères aux regards parfois si proches dans la tendresse de nos propres sentiments... Et même lorsque certains éléments se déchaînent, pour autant qu’ils ne dépassent pas nos immenses faiblesses, on trouve de la beauté et de la majesté en eux...

L’amour, au-dessus de tout

J’ai bien conscience que certains, en lisant ce message, se crisperont, voire se fâcheront. Ils se diront qu’il n’y a, là, que lieux communs, que faiblesses de rêveur impénitent, qu’utopies inutiles... Et encore, que serait-ce si d’aventure, je parlais de spiritualité, de l’immensité qui tous nous dépasse ?

La tempête, assurément, s’abattrait sur le fou que je serais...

Mais, tout comme les « marchands » , le plus grand nombre de politiciens, ou encore les « élites importantes », ou les industriels ne pensant que compétition, à l’exemple de tous ces gens, certains militants oublient, en raison de l’ardeur des combats, le respect et l’amour de la vie.

Car enfin, nous nous battons pour obtenir quoi ?

Pour la justice, oui ; pour le partage, oui ; contre toutes les oppressions, oui !

Mais à y regarder de plus près, tout cela n’est-il pas, justement, le combat pour la vie ? Pour retrouver son sens et comprendre sa beauté ? Pour que, justement, nul n’ait le besoin intense de dire « que la vie est laide » ?

Si la raison ultime n’est pas de restaurer l’amour de la vie, nos combats ne seront-ils pas stériles ?

Mais si ! Comment pouvons-nous espérer construire un autre monde possible, si nous usons des mêmes armes que nos adversaires, si nous nous laissons guider par le même esprit mortifère ?

Si, dans le fond, il s’agit juste que le pouvoir change de mains ?

Alors oui, l’amour est au cœur, ou devrait être au cœur de notre combat.

Aimer la vie, c’est aimer l’humain, l’humain de toutes les couleurs, de toutes les cultures, de toutes les pensées si diverses, philosophiques, religieuses, athées, rationnelles, irrationnelles et j’en passe tant.

C’est bien accueillir comme une égale valeur toutes nos différences, pour autant que toutes ces diversités se fassent toujours dans l’amour de la vie, dans le respect de chaque vie, si unique dans son existence.

Récemment, à une amie qui craignait qu’avec l’âge la beauté s’en irait, je disais ceci...

« Au bout d’une cinquantaine d’années, j’ai eu l’occasion de rencontrer un certain nombre de « vieux ». Et j’ai remarqué que certains, en effet, étaient laids. Mais quelques autres, qui n’étaient pas comparables en nombre parce que bien moins nombreux, étaient magnifiques. Et je crois avoir compris ce qui fait, à cet âge-là, la beauté ou la laideur en ayant appris, pour certains, ce que fut leur vie...

Les « laids », trop souvent, étaient des gens, femmes comme hommes, soit orgueilleux, soit égoïstes, soit encore volontairement méchants [1].

Mais la plupart, s’ils aimaient leur vie, n’aimaient pas la vie.

Et les quelques-uns qui étaient magnifiques, femmes comme hommes, accueillaient, quel que fût leur âge, la vie comme un cadeau de chaque jour. Ceux-là, le plus souvent, n’avaient nulle peur. Ils regardaient les enfants sans jalousie, le bonheur des jeunes couples qui s’aiment et le montrent avec tout au plus un brin de nostalgie, mais jamais sous l’emprise de l’envie.

Autant les premiers étaient trop souvent des pingres, les autres avaient le cœur sur la main et le don de l’accueil. Et cela, qu’ils fussent riches ou pauvres...

Voilà bien ce qui, à ces âges, fait ou non la beauté : Aimer ou rejeter la vie ; aimer ou rejeter les autres...

Cet âge est bien plus révélateur de ce que nous fûmes ; nous n’avons plus guère la possibilité de cacher ce qui fut notre vérité profonde... »

Les fautes envers l’amour

Souvent, lorsque je regarde ou écoute les hommes, je reste songeur, tant l’amour de la vie semble absent...

-  Imposer à tous, par intérêt, la compétition, c’est rejeter, refuser la liberté naturelle que doit posséder chaque être humain ; c’est, en connaissance de cause, les jeter les uns contre les autres ; c’est, savoir et accepter qu’un grand nombre d’innocents sont rejetés et montrés comme inutiles ; c’est tuer la vie, tuer l’amour, au nom de quelques poussières sans valeur, rien d’autre que l’importance accordée à l’inutile par des esprits, au mieux, futiles, ignorants des valeurs essentielles.

-  Martyriser la terre, par les rejets de myriades de poisons gazeux, par des millions de tonnes de venins chimiques, et autant de toxiques faits pour tuer les vies qui gênent dans les cultures, c’est refuser la vie, c’est tuer la terre qui, aux yeux des plus sages, est notre mère.

-  Ne pas vouloir comprendre qu’il n’y a pas des races d’humains, mais une seule et unique race humaine, c’est entretenir la haine, c’est vouloir la violence, la créer, la pérenniser, de génération en génération.

-  Aimer le pouvoir, ce n’est pas aimer la vie ; aimer l’argent, c’est choisir la nuit ; n’aimer que soi-même, c’est vouloir la mort...

-  Enfin, et c’est particulier à ce temps déjà presque maudit, vouloir faire de chaque vie, humaine, animale, végétale, une marchandise, c’est préparer le crime contre toute l’humanité... dans son intégralité.

Alors, de grâce, n’accusez pas la vie des maux qui vous accablent, non, ouvrez les yeux, cherchez à comprendre si vous-même vous aimez la vie ou si vous la condamnez par vos actes ou vos refus d’agir, donc de vivre.

Et si votre conscience se développe, si vous comprenez qu’une idéologie marchande mondialisée est radicalement contraire à tout amour de la vie, alors, levez-vous et résistez ! C’est ainsi, que vous aimerez la vie !

Qu’y a-t-il de plus beau que deux êtres qui s’aiment...

Ils aiment alors toute la vie, dans toutes ses dimensions, et par leur amour oublient les inutiles et nuisibles poussières.

N’est-ce pas, là, l’exemple à suivre ?

source : altermonde le village



Publié le 4 janvier 2006  par Jean Dornac


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • > Hymne à la vie, Hymne à l’amour
    4 janvier 2006, par charles

    Plus je lis cet article moins je comprends.

    Il y a d’abord le mot vie semble qui semble chez vous agglomérer les termes nature/destin/humanité. Je croies que finalement vous glissez plutôt à la fin vers humanité. La vie telle que vous la décrivez n’existe pas. C‘est un processus physico-chimique assez amusant à étudier. Il ne faut pas trop en appeler à la nature. Elle est en effet relativement « sauvage », extrêmement concurrentiel tant dans le monde animal que végétal.

    Ensuite vous entrecoupez votre hymne de digressions politiques, d’un rappel de Dorian Gray avec des phrases très discutables : vouloir faire de chaque vie, humaine, animale, végétale, une marchandise, c’est préparer le crime contre toute l’humanité... dans son intégralité. Je ne sais ce qu’est l’intégralité du crime contre l ‘humanité. Y a t’il des bouts de crime conter l’humanité ? Le crime contre l’humanité se rapporte aux humains, aux hommes, pas aux brins d’herbe. Acheter des carottes, ce n’est pas acheter un homme. Le mot tuer ne s’applique pas non plus aux carottes. Nous sommes des animaux omnivores et par conséquent nous mangeons des animaux et des végétaux, c’est notre « nature ».

    Quant à la dernière phrase : Qu’y a-t-il de plus beau que deux êtres qui s’aiment, elle est très ambiguë. Dans la mort est mon métier, Robert Merle montre bien que le bourreau aime sa femme. Et vous ne direz pas qu’il est beau.

    Peut être en cette nouvelle année devrions nous essayer de respecter les autres humains. Ce sera difficile mais rien qu’essayer ce sera déjà bien.

    • > Hymne à la vie, Hymne à l’amour
      4 janvier 2006, par Jean Dornac

      Charles,

      Je ne répondrai pas grand chose ; non par mépris ; non pas manque d’arguments, croyez-moi. Je veux juste vous dire :

      -  Apprenez l’espérance ; apprenez à voir au-delà des apparences ; apprenez à quitter la désespérance.

      L’espérance n’est pas synonyme d’illusions... mais veut dire une autre vision, baignée de lumière plutôt que de ténèbres.

      A vous de réfléchir et comprendre... si vous le désirez vraiment. Ce choix, vous seul pouvez le faire pour vous-même.

      Dix milles pages d’arguments, si solides qu’ils soient n’y changeraient rien. On comprend ou on ne comprend pas, on évolue, on stagne ou on recule. Mais c’est, le plus souvent notre choix... ayez-en conscience.

    • Públicos y construcción de memoria social en el Museo del Oro de Bogotá
      26 juillet 2014, par disclosure

      Coach Outlet Online

      On Friday, Israel’s defense minister, Moshe Yaalon

      Coach Outlet

      told troops they should be prepared for the possibility of

      Coach Factory Outlet

      a “significant broadening” of the ground operation.

      Coach Factory Outlet

      It was unclear if that was more a negotiating tactic

      Coach Outlet Store

      as Israel jockeyed for better cease-fire terms

      Coach Outlet Store Online

      after 18 days of fierce fighting against Hamas.

      Coach Outlet

      Mr. Kerry flew to Paris to continue his diplomatic

      Coach Factory Online

      push and planned to meet there with the foreign ministers

      Coach Factory Outlet

      of Qatar and Turkey, two countries that have been

      Coach Factory Outlet

      supportive of Hamas and are functioning as intermediaries

      Coach Outlet

      Mr. Kerry also expected to confer with several European diplomats.

      Coach Outlet Store Online

      International alarm has been growing over the war that

      Chanel Outlet Online

      has claimed the lives of more than 800 Palestinians

      Louis Vuitton Outlet

      most of them civilians, as well as 35 Israeli soldiers.

      Louis Vuitton Handbags

      Three civilians in Israel have also been

      Gucci Belt

      killed in rocket and mortar fire from Gaza

      Gucci Belts

      killed in rocket and mortar fire from Gaza
  • Hymne à la vie, Hymne à l’amour
    22 avril 2014, par waynedavies222
    Este dial encuentra su Relojes de imitacion lugar en una caja de oro blanco sólido de 39 mm que alberga un manual mecánico calibre Hublot replica también en oro blanco sólido totalmente decorado y mano grave. Entre Julien Coudray, recordar que el movimiento se dirige siempre en el mismo material que la caja... En este caso, gris oro. Tenga en cuenta también la pequeña ventana.
  • Hymne à la vie, Hymne à l’amour
    26 septembre 2016, par Fredella
    After study a few of the blog posts on your website now, and I truly like your way of blogging. I bookmarked it to my bookmark website list and will be checking back soon. Pls check out my web site as well and let me know what you think. Website Information Visit
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin