e-torpedo le webzine sans barbeles



Noces avec les ténèbres

Catégorie société
Il y a (7) contribution(s).

(GIF) Bush junior, Tony Blair, Ariel Sharon ; trois hommes, trois dirigeants, trois assassins de la paix mondiale...

Ces trois dirigeants, auxquels on peut ajouter une kyrielle de politiciens de tous pays, France y compris, sont des tenanciers d’agences matrimoniales particulières. Ils touchent les dividendes, mais la mariée qu’ils imposent aux peuples de la terre s’appelle « ténèbres », l’autre nom de la « mort »...

J’avais envie d’intituler ce texte « les noces barbares », mais Yann Queffélec a déjà pris le titre...

Pourquoi un titre si noir ? Tout simplement en raison de ce que je viens d’apprendre, aujourd’hui même. Tout d’abord, il y a l’excellent texte de Franca Maï (Voir : EN CINQ COUPS A BOUT PORTANT), sur le même sujet, c’est-à-dire sur l’assassinat de ce jeune électricien, Brésilien d’origine, en plein métro londonien, assassinat perpétré par des policiers.

Je ne reviendrai pas sur le meurtre lui-même, je ne saurais faire mieux que Franca. Pour ma part, je veux développer ce que dit la police anglaise et par voie de conséquence, ce que veut Tony Blair.

J’ai trouvé ces informations dans le Figaro, mais le Nouvel Obs va dans le même sens...

« Interrogé pour savoir si les instructions données aux policiers étaient de « tirer pour tuer » s’ils croyaient avoir affaire à un kamikaze présumé, M. Blair (ndlr : pas le dirigeant, mais un chef de Scotland Yard) a déclaré : « Il faut qu’il en soit ainsi. Cela ne sert à rien de tirer dans la poitrine de quelqu’un parce que c’est probablement là que se trouve la bombe. Cela ne sert à rien de tirer ailleurs parce que s’ils tombent, ils vont la déclencher ». « C’est ce que montre l’expérience d’autres pays comme le Sri Lanka. La seule façon de réagir, c’est de tirer dans la tête », a-t-il ajouté. »

En lisant de telles paroles, me revient l’image d’un jeune vietnamien abattu à bout portant par un soldat (sauf erreur, vietnamien également), un jeune lui aussi assassiné de sang froid par une balle dans la tête... Même sauvagerie, même négation de la vie...

A Londres, ce jeune Brésilien de 27 ans, est mort, non pas à cause des terroristes, mais parce qu’il avait la peau basanée et parce qu’il avait trop froid dans l’été londonien... Il s’est habillé trop chaudement... Quelle ironie !

Il se trouve que dans un pays qui se proclame « démocratique », qui en alliance avec les USA de Bush se considère comme propriétaire du « bien », les ordres sont clairs : Si un individu est suspecté d’appartenir à une mouvance dite terroriste, on tire et l’on vérifie ensuite si la piste était bonne ou pas... Dans une telle affaire, seuls les peureux peuvent y trouver leur compte et n’avoir rien à commenter.

Les dérives à venir sont évidentes. Tout individu à la peau basanée, toute personne qui est vêtue bizarrement, tout passant qui, et c’est naturel compte tenu des nombreuses dérives constatées partout, instinctivement montre sa méfiance envers les policiers, aujourd’hui en Angleterre, demain partout ailleurs, se verra condamné à mort et exécuté d’une ou plusieurs balles dans la tête sans autre forme de procès. C’est le retour aux époques les plus barbares.

Comment ne pas être convaincu que demain, après que la chasse aux terroristes se soit calmée, ce sera le tour de tous les opposants un peu virulents ?

L’occasion est trop belle, la peur des peuples trop magnifique pour ne pas en profiter. Les exécutions sommaires vont se multiplier, on ne peut pas en douter. Déjà, si la constitution giscardienne avait été acceptée en mai dernier, elle contenait un véritable permis de tuer (Voir : Référendum : Permis de tuer ou la Peine de mort marchande ). Lorsqu’un pouvoir sait qu’il perd du terrain et que sa défaite approche, il se radicalise. C’est à cela que nous assistons.

On se dit, pour se rassurer, que cela n’est pas possible dans nos pays. Mais si ! C’est de plus en plus possible, de plus en plus probable, au travers de la mentalité « du tout marchand ». Dès lors que les pouvoirs ont entériné le fait que tout le vivant n’est que marchandise, de telles dérives vont se multiplier ; je l’ai déjà dit, on ne respecte pas une marchandise. On en use avant de la jeter, le plus souvent. La vie des gens modestes, celle des pauvres, et particulièrement celle des étrangers, marchandises ou « outils » au bénéfice des quelques rares qui s’imaginent importants et grands, ne tient plus qu’à un fil : Celui de l’équilibre ou de la folie des policiers qui le pourchasseront.

Qu’on ne vienne pas me dire que ce crime, à Londres, était légitime ! Non, même les attentats ne justifient pas l’exécution sommaire d’un homme qui n’a rien fait, qui semble simplement suspect en fonction de critères dérisoires.

Ces policiers qui se sont transformés en meurtriers gratuits ne seront sans doute jamais jugés ni condamnés ; en raison de la folie dans laquelle veulent nous entraîner nos dirigeants, il est même probable qu’ils seront décorés pour les risques qu’ils auront pris. Ce sera, si ce devait être le cas, le suprême crachat sur l’innocent qui a payé de sa vie le vol des ressources naturelles en Irak voulu et provoqué par les puissances qui ont de plus le culot de se considérer et de se proclamer comme les « forces du bien ». Suprême dérision ! Suprême insulte à la vérité !

Tony Blair, qui ne parvient plus à cacher l’importance de ses mensonges, qui ne parvient plus à masquer combien il manipule son peuple, ose encore prétendre que les attentats n’ont rien à voir avec la guerre d’Irak ou avec le massacre des Palestiniens. Un âne serait moins menteur que lui ! Il voudrait, le fourbe, faire croire à son peuple ainsi qu’à tous les peuples européens puisque, par malheur, c’est lui qui nous « dirige » jusqu’en décembre, que les attentats ont été perpétrés en totale gratuité ; il voudrait nous faire avaler que cette violence n’est portée par aucune injustice très grave ; il voudrait nous persuader que les islamistes se font sauter juste par plaisir ou sadisme.

-  Les centaines de milliers d’enfants morts de faim en Irak à cause de l’embargo ? Quelle importance !

-  Les milliers de morts en Palestine, sans parler du vol des territoires, de l’emprisonnement des individus en prison et de tout un peuple par le mur de la honte : Pas d’importance !

-  Les cent milles, ou plus, morts de la guerre en Irak, juste pour s’approprier le pétrole ? Une peccadille, voyons !

-  Et je ne parle même pas des humiliations continuelles que doit endurer le monde arabe et musulman...

-  Tout cela est rejeté par Blair, tout cela est en fin de compte nié !

On peut détester ses ennemis, par faiblesse, mais on n’a pas le droit de ne pas les respecter, tout au moins si on se prétend civilisé. En niant la lourde part de la Grande-Bretagne :

-  dans le viol de l’Irak ;

-  dans le soutien infaillible au gouvernement criminel de Sharon qui semble se préparer à massacrer nombre de Palestiniens d’après un communiqué reçu aujourd’hui même ; Blair commet quelque chose d’irréparable. En injuriant ainsi ceux qui s’en prennent à sa politique de pillage et d’écrasement des peuples, il est en train d’aiguiser une haine féroce contre les Anglais, contre les Européens et sans doute contre tout le monde occidental qui ne peut qu’apparaître abominablement scélérat aux yeux des peuples arabes et particulièrement aux âmes des enfants et adolescents issus de ces peuples. Nier un peuple, nier sa richesse d’âme, nier sa grandeur naturelle, nier tout l’apport culturel à notre propre culture, insulter sa religion et ceux qui croient en elle, reste le meilleur moyen de créer des ennemis définitifs qui ne reculeront devant rien pour se venger mais surtout pour venger les innombrables victimes des occidentaux.

George W. Bush, Tony Blair, Ariel Sharon et les autres, ces sous-fifres qui traînent aux commandes de nos pays, sèment, par leur mépris, leurs mensonges, par leur avidité des richesses naturelles ne leur appartenant pas, les ferments du futur malheur de nombreux peuples... (Voir : Suprême terreur : QUI A RAISON ?)

C’est pire que jouer avec le feu ; c’est nous imposer le mariage avec la mort...

source : altermonde.le village



Publié le 25 juillet 2005  par Jean Dornac


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • > Noces avec les ténèbres de Jean Dornac
    29 juillet 2005
    Pour qu’il y ait des assassins de la paix mondiale, il faudrait d’abord qu’il y ait une paix mondiale. Et il faudrait savoir avec qui, une telle paix pourrait être respectée. En fait, nous sommes en guerre, à Londre, Paris ou Washington. C’est la guerre en Irak, parce que c’est la guerre à Londre, Paris et Washington. C’est la guerre entre les gueux qui peuplent ces territoires pacifiés et leur propriétaire. Comment celà ? Parce que le gueux (dont je fais partie)est dévolu aux plaisirs de ces/ses maîtres que sont les riches propriétaires. C’est là, la raison de ce genre de meurtre. Tirer comme un lapin. Le but : faire peur. La raison : maintenir la paix sociale. L’Etat assassine afin de détourner les raisons de la révolte vers une cible secondaire, et ainsi focaliser les esprits sur cette cible plutôt que sur les problèmes que chacun vit séparément mais néanmoins avec violence.Qu’importe les bavures éventuelles. L’histoire récente à montrée combien les bavures sont bien gérées par l’Etat. Au pire, celà ne fera qu’un scandal de plus sur l’étagère des frustrations, voilà tout. Ce jeune brésilien a été assassiné parce qu’il n’était pas VISIBLEMENT européen. Ce n’est pas le retour à des époques dites barbares, parce que les barbares n’étaient pas délirant, mais bien la réalité de notre temps habité par les démocrates, c’est-à-dire, des gens qui utilisent le système électoral pour justifier leur coup d’Etat. Busch, Chirac... Ne sont pas légitime, et pourtant, ils se sont emparés du pouvoir. La démocratie, c’est l’usage de l’hypocrisie. Qu’est-ce qui animerait l’ambition de celui qui se propose comme chef, sinon de vouloir s’emparer d’un moyen qui lui donne pleine jouissance...Il va bien falloir arrêter de croire dans les balivernes électorales, si nous voulons prétendre parler en terme de liberté et de paix sociale. Tant que dure la structure de l’Etat, et tant que dure le pouvoir des propriétaires de ce monde, les Busch, les Chirac et autres saloperies, durera ce monde de ténèbres, avec ou sans bavure. Parce que, le problème n’est pas que des inocents, en Irak, Tchetchenie ou aux portes des cités francaises, soient assassinés, mais que ce qui produit ces assassinats, c’est la paix sociale imposées par les démocraties. http://destroublesdecetemps.free.fr
    • > Noces avec les ténèbres de Jean Dornac
      2 août 2005, par charly

      Je suis assez surpris de certains termes
      -  La démocratie, c’est l’usage de l’hypocrisie
      -  les démocrates, c’est-à-dire, des gens qui utilisent le système électoral pour justifier leur coup d’Etat.

      Pour mon information vous envisagez quoi comme système politique ?

      • > Noces avec les ténèbres de Jean Dornac
        2 août 2005, par Jean Dornac

        Bonjour Charly,

        Je ne peux répondre à la place de l’autre intervenant. Mais pour l’essentiel, je suis d’accord avec lui, avec son analyse.

        Lorsque nous décrivons les dérives très graves du système, on exige toujours de nous une solution toute faite. C’est dommage...

        Un nouveau système ne peut se construire comme ça, juste parce qu’on le veut. Je crois, pour ma part, qu’un nouveau système se construira peu à peu, notamment à partir de pratiques alternatives, ces pratiques qui se développent un peu partout en France et ailleurs.

        Mais c’est notre rôle de dire ce qui ne va pas, un peu comme un témoin qui voit une maison brûler va prévenir les pompiers. Ce n’est pas automatiquement à lui d’éteindre ce feu ! Vous ne croyez pas ? Notre silence serait profitable à qui ?

        Il faut des "veilleurs", des "témoins". C’est ce que nous tentons modestement d’être, nous tous qui écrivons...

  • > Noces avec les ténèbres de Jean Dornac
    3 août 2005, par Charly

    Je ne suis pas tout à fait d’accord, bien sûr il faut qu’il y ait des critiques, que des personnes regardent les dysfonctionnements, les erreurs commises mais nous sommes en démocratie, c’est à dire que nous sommes partie prenante et co-responsables des décisions prises par les dirigeants que nous avons élus. Et donc nous nous devons aussi nous poser la question : que faire aujourd’hui ?

    Que fallait il faire ? Garder Saddam Hussein, ne pas garder Saddam Hussein ... il était facile à la France d’être contre l’opération car si elle réussissait nous en profiterions et si elle rataid nous pourrions dire : mais on était contre ...

    Mais nous voulons aussi presque tous la même chose que les USA/GB : avoir du pétrole demain matin, non ?

    La critique est de plus souvent unilatérale et produit donc souvent un jugement sans nuance, à mon avis tout au moins, et donc finalement elle servira à nous "mettre en colèr contre" mais pas à essayer de faire agir notre entendement.

  • > Noces avec les ténèbres de Jean Dornac
    9 décembre 2005, par Delcuse

    Répondre au précédent message qui se demande quoi envisager comme système politique. Et pourquoi donc envisager quoique ce soit ? Nous manque-t-il donc cette maturité qui nous empèche d’envisager la liberté ?

    Et puis, la crainte du pire ne devrait pas cautionner l’emploi de ce que l’on subit. Certes, il y a toujours pire, mais il peut aussi y avoir mieux, nettement mieux.

  • Noces avec les ténèbres
    13 septembre 2016, par Akhadiwi
    Very nice post, i certainly love this website, keep on it Website Information Visit
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin