e-torpedo le webzine sans barbeles



Loin de la musique jimbo pense à Ingrid

Catégorie société
Il y a (2) contribution(s).

(JPEG) Les deux portraits qui encadraient celui d’Ingrid Betancourt sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris ont été décrochés depuis l’issue heureuse et la libération de Florence Aubenas et de son guide Hussein Al Saadi.

Je passais comme je le fais 5 jours par semaine devant la mairie parisienne au moment ou la tempête qui s’est abattue sur la capitale battait son plein et la vue du portrait d’Indrig balayé par la pluie et les rafales de vent sur le parvis déserté m’a bouleversé Ingrid Betancourt est retenue par les F.A.R.C (front armée révolutionnaire colombien) depuis le 22 février 2002 soit plus de 3 ans. Putain 3 ans comme pourrait dire un certain Jacques Chirac qui a fréquenté le quartier de longues années. 3 ans ! Peut-on imaginer la vie de cette femme ? Celle de son mari ? De ses enfants et de tous ses proches ?

Cette détention est une honte pour tout les gouvernements politiques du monde libre, elle est un crachat à la face du monde diplomatique et une insulte aux deux principaux articles (1 et 3) de la déclaration des droits de l’homme.

Ingrid Betancourt avait dès 1998 attiré l’attention sur la situation catastrophique de son pays la Colombie, miné par la guérilla, pourri par la corruption et livré aux mains des narcotrafiquants.

Après une grève de la faim dans les locaux du parlement de Bogota, elle fonde son parti politique au nom évocateur Oxygena, le pays est alors dirigé par Ernesto Samper dont la campagne présidentielle a été financée par les mêmes narcotrafiquants que la courageuse Ingrid tente de combattre.

Devenue gênante Ingrid betancourt a été enlevée et séquestrée dans la jungle colombienne ; elle n’est pas seule, son assistante Clara Rojas a été également kidnappée ; les enlèvements sont une activité courante dans ce pays terrifiant au nom pourtant exotique et ensoleillé ; Les mobilisations des organisations et associations diverses Se mobilisent mais, en vain...

Il faut maintenant agir. La dénonciation et la constatation ne suffisent plus.

Ils sont plus de 3.000 (le chiffre fait frémir) certains sont retenus depuis plus de 7 ans.

le président a change depuis le rapt d’Ingrid mais Alvaro Uribe pas plus que son prédécesseur ne semble en mesure d’apporter le moindre changement à cette scandaleuse et dramatique situation .

Bien au contraire, il est évident que Uribe est responsable des échecs et tentatives d’accords et négociations entamés avec les ravisseurs.

Que faisait Ingrid hier lorsque son portrait menaçait d’être déchiré par la tempête parisienne ? Etait-elle en train de dormir ? De prier ? Peut être pensait-elle à son peuple, à sa famille.

Lui reste-t-il du courage ? Des larmes ? De l’espoir ?

C’est un petit peu une part de toutes nos libertés fondamentales qui sont retenues avec elle au fond de la jungle colombienne et loin des banderoles, des pétitions, des discours faciles.

Ingrid attend.

Elle attend qu’un gouvernement courageux -comme elle l’a été tout au long de ce qui fut sa vie avant- décide de prendre vraiment les choses en main et de mettre fin à son cauchemar et aux angoisses de tous ses proches.



Publié le 4 juillet 2005  par Jimbo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin