e-torpedo le webzine sans barbeles



GRIS et MERVEILLES
chapitres I & II
un roman de Tang Loaëc

Catégorie free littérature
Il y a (0) contribution(s).

GRIS et MERVEILLES

A Georges Bataille dont les pages érotiques déchirent le quotidien

A Celle qui illumine mes nuits

(JPEG)

1

Grisaille, jour indécis à se lever. Le train bourdonne sans variante sur ses rails d’aciers, avalant un horizon à grande vitesse et petite imagination. Il n’est de voyage que ceux qui transportent l’âme, la déplient, le TGV du matin abolit la distance et écrase l’ailleurs. A peu près cinq cents hommes et femmes font en même temps que moi deux cent cinquante-huit kilomètres qui n’incurveront pas la trajectoire de leur vie d’un demi millimètre.

Beaucoup de cadres, peu d’espoir. Chacun est assis sur son siège comme étiqueté.

Place trente-sept l’ordinateur portable, rectangle métallisé de même taille que le mien, affiche avec une suffisance inepte ses tableaux de chiffre colorés, stratégie-réussite-importance-vitale, vitale comme succès, vitale sans vie.

Place quarante deux un expert comptable inanimé.

Place soixante-trois une amplitude vaguement féminine cale ses quatre-vingts kilos dans l’inconfort du siège, essaye de grappiller les minutes de sommeil qui chaque matin lui sont volées par les transports en commun. Foutu train. Elle aussi dans une heure sera précise et efficace, convaincante sans qu’il soit d’aucune importance de savoir si elle est convaincue. Formation, ressources inhumaines, c’est un lot qui lui est imparti, elle transmettra les valeurs d’une entreprise qui les communique mais ne les applique pas.

Place soixante-huit, un narrateur abusé, désabusé, voyageur pour des raisons qu’il ne vous dira pas. Cela lui ferait un peu trop mal de vous dire ce qu’il ne veut pas être, ne peux pas être parce qu’un noeud se referme comme un collet sur sa gorge, collet tueur comme une cravate, lisse et morte, se décomposant autour de son cou.

Ce narrateur, c’est moi.

Je sais déjà que dans trente minutes, j’aurais échangé un ticket de parking contre une voiture de location longue durée et, effleurant le volant du bout des doigts, je la guiderai sur le périphérique puis l’autoroute, étreint par l’envie de dépasser l’embranchement et de continuer tout droit. La tentation m’assaille de plus en plus souvent. Je résiste à contre coeur, par raison mais sans conviction. Un jour, je tomberai comme une forteresse fragile, construite sur du sable, et ce sera ma plus belle heure.

Ce sable, c’est la plus belle partie de moi-même, celle qui fait de moi un être vivant.

Passée dans le four d’un souffleur, cette fragilité deviendrait verre, aile traversée par la lumière, reflet de rêve. Je suis tenté de n’être que cela, de ne répondre que de cela, mais l’autre homme en moi, le constructeur et le porteur, me rappelle à des devoirs que je ne nie pas. Ils sont plusieurs à dépendre de moi et mes épaules doivent se faire large pour les... protéger ?

Je suis descendu du train, j’ai pris la voiture, je n’ai pas bifurqué vers l’appel du vide qui laisserait ceux que je fais vivre dans l’impasse et peut-être moi aussi. A neuf heures dix-neuf j’entrais dans les locaux, à neuf heures vingt-deux j’étais prêt à travailler. Bonjour sincère à quelques personnages secondaires, salutations chaleureuses et fausses échangées avec de parfaits hypocrites. Dans les regards bleus, les couteaux luisent, les ego se dilatent, les volontés de pouvoir menacent d’une attaque préemptive.

2

Un roi aux pieds d’une reine, humble et orgueilleux, tel je me crois.

Ce sont les sentiments qui m’empreignent, sous le ciel de ton pied, dès que tu approches son arche de mon visage et m’aplatis nez et lèvres d’une pression douce.

Je me souviens de mon éblouissement, lorsque pour la première fois tu t’es déshabillée sous mes yeux. Ton corps d’idole s’est imprimé dès cet instant sur mes rétines, m’ôtant le souffle et toute capacité de t’oublier, fasciné comme la longue cohorte de tes amants passés sous les mêmes courbes d’or fin, fermes et souples, de ta peau délicatement bronzée. Ton ventre plat, délicatement ciselé, me fit déjà ce jour glisser à genoux devant toi pour y poser mes lèvres avec douceur, la bouche tremblante, saisi d’admiration.

Ces premiers émois n’ont jamais cessé, la magie se renouvelant si souvent entre tes doigts délicats, au pouvoir sans limites sur mon esprit et mon corps. Je vénère tes mains fines, désireuses de fouiller en ma chair, de m’investir par ma bouche, mes oreilles, pressant mes paupières pour obturer ma vue, griffant mon cuir pour pénétrer mon cerveau. Je suis cet instant même à genoux, devant toi qui t’es assise au bord de notre lit d’honneur, dans un hôtel aux fantômes nostalgiques. Tu pousses encore ta main plus loin au fond de ma gorge, dilatant mon gosier, forçant un chemin jusqu’à mon étouffement. Je ne peux plus respirer, mes voies nasales aussi sont obstruées, des larmes involontaires noient mes yeux. Mais au travers ces rideaux translucides, je vois tes grands yeux qui me fixent, intenses, tendres et pervers.

Sous la caresse de ton regard, privé d’oxygène, je voudrais pouvoir distendre encore plus ces maxillaires, ouvrir mon corps entier à ton invasion, mais la chair se révulse... tu accompagnes mon mouvement quand je m’effondre.

-  Tang Loaëc : Auteur littéraire ayant publié une partie de son œuvre, critique occasionnel sur plusieurs sites, il est le Directeur de la Rédaction du site la Vénus Littéraire, son co-fondateur avec la WebMistress, et anime la démarche critique et littéraire de leur projet. Il recherche activement d’autres inspirations pour l’accompagner dans le développement de la Revue Critique de Littérotique, en même temps qu’il reste habité par le goût des collaborations créatives, avec des artistes ou des auteurs inspirés, indépendamment de leur notoriété.

-  Le contacter : directeur-redaction@lavenuslitteraire.com



Publié le 25 novembre 2006  par Tang Loaëc


envoyer
imprimer
sommaire
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin